Extension des bureaux de la SETEC international / Extension du bâtiment de bureaux existant de Jean Prouvé

Le siège de la SETEC international, situé sur la commune de Vitrolles dans les Bouches-du-Rhône, ancien EPAREB (Etablissement Public d’Aménagement des Rives de l’Etang de Berre), a été construit en plusieurs phases. En premier lieu, dans les années 70, Jean Prouvé mis en œuvre le «système Petroff» qui développait une charpente métallique tridimensionnelle en nappe et des panneaux de plexiglas en façade. Ce système allait permettre de couvrir une grande surface sans multiplier les points porteurs, qui quant à eux étaient assurés par des raidisseurs en aluminium fixés à l’ouvrage en façade.

The headquarter of the International SETEC, located in Vitrolles in the south of France, formerly EPAREB (Etablissement Public d’Aménagement des Rives de l’Etang de Berre) was built in several phases.
Firstly, in the 70s, Jean Prouvé implemented “Petroff system” developing a three-dimensional structural steel sheet and plexiglass panels on the front. This device would allow to cover a large area without increasing the bearing points, which in turn was covered by aluminium stiffeners attached to the work front.

+
En 2011, notre intervention pour ce petit projet d’extension de bureaux de 160m2 et archives, s’est nourrie du processus de travail et des thématiques de production que cet architecte ingénieur et designer explorait à travers ses projets. Les mêmes critères d’économie, de flexibilité, de qualité spatiale quant à la lumière naturelle et l’efficacité des matériaux ont généré le projet, permettant d’explorer la matière à travers diverses solutions.
Le volume projeté est un parallélépipède implanté sur un terrain en pente, en limite de propriété et perpendiculairement à cette limite. Un débord de toit contiguë aux bâtiments existants et projetés permet de rejoindre et créer une liaison couverte entre les édifices. Le bâtiment créé se compose d’un niveau partiellement enterré en béton sur lequel est posé un étage de bureau en ossature métallique.ENVELOPPEEnvisager les possibles besoins d’évolution spatiale des bureaux a généré l’exploration d’un travail sur l’enveloppe du bâtiment: la flexibilité spatiale à travers la peau. Différents écrans ont été testé quant à leur résistance structurelle propre et qualité d’éclairage naturel. Le choix du plan libre permet donc un dispositif de façade flexible pouvant aussi bien être envisagée dans un programme résidentiel.
L’éclairage naturel est privilégié, les façades exposées sont protégées par un large débord de toiture. Cette protection solaire est réalisée en panneaux de résine blanc brillant. Pour ce dispositif choisi, différentes propositions ont été présentées au client à partir de références contemporaines, de Mathieu Mategot à l’arcade revisitée de Fernand Pouillon.
La répétition des arcs suggérant l’effet de canopée des pins alentours; marie élégamment esthétique et économie, ici capables de s’associer selon le processus d’émulation de projet de Jean Prouvé, afin de trouver une complémentarité avec le bâtiment existant.PROFILE

BENJAMIN SERIES
Benjamin Sériès est diplômé de l’Ecole Nationale d’Architecture de Marseille. En 2004 il crée à Marseille avec Thomas Sériès l’agence Sériès et Sériès, dont les autres antennes sont situées à Paris et Los Angeles. De la commande privée à la commande publique, édifices résidentiels et institutionnels de petite et grande échelle, établissements recevant du public, il exerce dans tous les domaines de l’architecture. L’argumentation et la communication du projet de la genèse à la mise en œuvre de l’ouvrage, la qualité des usages ainsi que le souci du détail architectural sont les leitmotive de son processus de travail.

THOMAS SERIES
Thomas Sériès est diplômé de l’Ecole nationale Supérieure d’Architecture de Marseille. L’agence LABTOP qu’il créee à Los Angeles est spécialisée dans la communication graphique et visuelle des projets architecturaux à travers la production d’illustrations, images et rendus 3D, videos. Cette spécialisation, ainsi que son enseignement à l’ESA (Ecole Spéciale d’Architecture) à Paris, lui ont permis de participer à des processus de travail et de conception de projets singuliers dans des collaborations enrichissantes, de l’OMA et BIG à KFP et SOM, suscitant l’exploration de nouvelles pratiques. En 2004 il crée l’agence Sériès et Sériès avec Benjamin Sériès.

« L’intention à l’origine de toutes nos propositions est de créer de l’enthousiasme dans la ville. C’est un travail qui demande à être expliqué. L’intérêt que nous portons au design de la ville, génère une démarche qui veut regarder plus loin que l’édification de bâtiments. L’intervention dans le paysage urbain doit accompagner les mouvements de fond de la société.

Les relations entre architecture, économie, culture et comportement, et leur imbrication, sont au centre de la réflexion de chacun de nos projets. C’est une créativité communicative que nous cherchons dans nos propositions. Nous voulons proposer une architecture qui n’ait pas l’air laborieuse, mais qui puisse au contraire susciter du courage, de l’envie, du lien. Créer des accidents en ville, c’est créer des repères.

Nous envisageons la ville comme un parcours émouvant, avec ses saillies. Une architecture identifiable par les expériences qu’elle permet et les émotions qu’elle suscite; qui propose de trouver dans la valeur de l’architecture autre chose que la performance architecturale: une émotion qui sera à la portée de tout le monde. Nous envisageons l’architecture contemporaine comme étant le fruit de discussions entre différents milieux /protagonistes, car nous nous intéressons autant à la pratique et à ses modes opératoires qu’aux praticiens eux-mêmes. Si un mauvais projet est souvent issu de l’échec du dialogue entre les intervenants, la communication et l’explication du projet sont des aspects du work-in-progress que nous ne négligeons pas, et qui nous intéressent même particulièrement.

Le projet se construit également dans les confrontations entre ses différents acteurs, c’est pourquoi son argumentation continue est primordiale. La problématique du discours et de l’échange se pose d’un point de vue stratégique, car c’est grâce à la communication et l’explication du projet que l’architecte peut se permettre, au-delà de la réponse à un cahier des charges, d’anticiper.

Ainsi, le projet architectural rendu explicite ne sera pas seulement un outil livré à l’usager, mais un véritable moteur. Autrement dit, seule l’expression la plus claire d’un concept permet son interprétation. Le projet devient alors celui de tous. L’architecte est responsable de cette clarté d’expression, lui seul peut la préserver de la confusion au fil de l’élaboration du projet. »

FICHE TECHNIQUE
DÉNOMINATION
Extension des bureaux de la SETEC international / Extension du bâtiment de bureaux existant de Jean Prouvé
ADRESSE
5 chemin des gorges de Cabriès 13127 Vitrolles (Bouches-du-Rhône) / France
MAÎTRISE D’OUVRAGE
SCI Inter Bureaux
MAÎTRISE D’OEUVRE
SÉRIÈS ET SÉRIÈS architectes mandataires / Mission Complète
PROGRAMME
10 Bureaux + Archives
SHON
160m2
DATE D’EXÉCUTION
Livraison Février 2012
MONTANT DES TRAVAUX
330 000€ HT.
CRÉDITS PHOTOS ©Sériès et Sériès

Pour plus d’information : www.seriesetseries.com

About The Author

Related posts